Succès automobile : la méthode Renault décryptée

Durant les années 90, les performances de la marque Renault étaient assez faibles. Mais au fil des années, la marque fait partie d’une alliance qui revendique le titre de numéro 1 mondial. Ce qui représente un sacré bond en quelques années. On peut surtout se réjouir d’une telle réussite qui fait honneur au secteur automobile français. D’ailleurs, c’est un secteur qui connait une nette embellie depuis quelques années en raison de la fiabilité des modèles produites. Les véhicules « made in France » concurrencent sérieusement les autres marques, allemandes en l’occurrence.

Une véritable réjouissance pour la France

Le fait de voir Renault parmi les tout premiers constructeurs automobile au monde est une sacrée réjouissance pour les français. En effet, le trident Renault-Nissan-Mitsubishi, dirigé par Carlos Ghosn, s’est progressivement imposée comme une véritable référence dans le domaine automobile face à des concurrents comme Toyota, Volkswagen et General Motors.

On peut alors dire que le secteur automobile Français a réussi à conquérir le monde. Bien entendu, la plupart des véhicules vendus par ce trident sont produits hors de l’hexagone. Mais le cœur de la chaîne de production se situe à Boulogne-Billancourt. Ce qui représente un avantage certain pour la France et ce succès est un motif de fierté.

Une réussite qui doit servir de leçon

Bien que cette réussite soit une très bonne nouvelle pour le secteur automobile français, elle doit servir de leçon aux décideurs. En effet, elle prouve qu’il est possible de partir d’un niveau assez bas pour atteindre les sommets en très peu d’années. Pour réussir, http://renaultrognac.fr/ a sans doute eu un peu de chance, mais a beaucoup fait preuve d’audace au début des années 2000. La marque au losange a pris des risques qu’aucun autre fabricant n’avait voulu prendre à un moment donné. Elle a repris Dacia, Nissan, qui était au bord de la faillite, et Mitsubishi, qui était mal au point.

Une stratégie qui est en train de porter ses fruits, car les modèles de ces trois marques sont très bien vendus à l’international.

Cependant, tous les experts s’entendent sur le fait que Renault devrait un peu plus jouer sur la modestie afin de ne pas connaitre de revers pour les années à venir. En effet, les véhicules électriques ou autonomes vont sans doute rebattre les cartes sur le marché et la marque devra s’adapter à un marché en pleine mutation. Reste à savoir si Renault va réussir ce virage stratégique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *